placedelademocratie.net

Informations et actualités

Quatre degrés de plus d’ici à 2060, mais quatre degrés qui pourraient être des plus dangereux, selon un rapport rédigé et publié par la Banque Mondiale, sur l’épineuse question du réchauffement planétaire et du changement climatique. Cette dernière appelle donc à la population mondiale pour réagir face à cette catastrophe imminente.

Polar Bear Watching Ice

Une menace pour les plus défavorisés

Le calendrier de changement climatique du rapport estime que la température connaîtra une hausse de 4 % d’ici à l’année 2100, 2060 si la réduction des gaz à effet de serre n’est pas mise en œuvre. Quand bien même les conséquences de ce drame écologique pourraient toucher tous les pays sans exception, le rapport de la Banque Mondiale souligne que les régions les plus défavorisées seront les victimes les plus vulnérables des vagues de chaleur, ou encore des sécheresses, les conséquences de l’augmentation de la température. En effet, selon ses explications, elles sont « le moins aptes économiquement, institutionnellement, scientifiquement et techniquement à faire face […] ». Le rapport précise cependant qu’ « aucune nation ne sera épargnée par les impacts du changement climatique ».

Sécheresses et famine

Selon toujours le rapport de l’institution financière, les conséquences immédiates au réchauffement planétaire sont d’importantes sécheresses et vagues de chaleur, accompagnées d’une élévation du niveau des mers. Par ailleurs, un épuisement des denrées alimentaires à travers le monde est également à craindre. « Nous pouvons et nous devons éviter une hausse de quatre degrés », réitère le président de la Banque Mondiale dans son rapport alarmiste. Dans le cadre de cette lutte titanesque, la Banque Mondiale a jusqu’à aujourd’hui fourni plus de 7 milliards de dollars, répartis dans 48 pays. « J’ai l’espoir que ce rapport nous pousse à agir », évoque Jim Yong Kim, président de l’institution de la Banque Mondiale.

Leave a Reply