placedelademocratie.net

Informations et actualités

23 millions d’algériens seront appelés à exprimer leur choix lors des élections législative au pays, le Jeudi 5 mai 2017. 462 sièges de l’ANP seront disputés par plus de 11 500 candidats. Zoom sur cette élection législative algérienne.

Les enjeux de cette élection

L’enjeu majeur de cette élection est la participation. Depuis des mois, le gouvernement en place a déployé des campagnes très importantes pour sensibiliser les électeurs à aller aux urnes. Outre les spots publicitaires, les autorités ont sollicitées les imams officiels pour inciter les algériens à venir voter le jour venu. Les fonctionnaires bénéficieront même d’une absence rémunérée pour le jour d’élection. Le chef de l’Etat a exhorté ses concitoyens à exprimer leur choix durant cette élection puisqu’il en va de l’avenir du pays. Le gouvernement souhaite rééditer et dépasser même de taux de participation lors des élections législatives de 2012 qui était de 42% pour faire asseoir leur légitimité et pour préparer l’après Abdelaziz Bouteflika dont l’état de santé se dégrade de jour en jour.

Le comportement des électeurs algériens

Bien que les appels au vote s’amplifient de jour en jour, on constate que bon nombre d’algériens ne sont pas du tout intéressés. La majorité d’entre eux considère les élus de cette chambre comme étant de simple marionnette du pouvoir exécutif. Pour eux, la chambre basse ne dispose d’aucun pouvoir et n’est là que pour enregistrer et adopter les lois proposées par le gouvernement. En parallèle, les électeurs et la population en générale s’offusquent également face aux avantages financiers que jouissent ces élus alors que la majorité de la population vit dans la pauvreté. Il n’est pas étonnant de voir actuellement de voir des campagnes de boycottes qui circulent massivement sur Internet à travers les réseaux sociaux, étant donné que les partisans de boycotte sont interdits de plateau télévisé et sur les ondes radios.

Categories: actualité

Leave a Reply